• Accueil
  • Blog
  • Contact
  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

Juillet sec: les abeilles ,le pollen , le nectar.

Posté par le dans Le bon sens
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1185
Juillet sec: les abeilles ,le pollen , le nectar.

Mi juillet , je vous ai proposé un article sur les plantes qui semblent résister à la période , particulièrement sèche et chaude que nous subissons cet année . 

"Juillet sec:la flore" ne propose pas de superbes photos d'une flore luxuriante , mais je voulais faire passer un message crucial pour les années à venir :préservez la flore sauvage , cessez de tondre à tout-va , de broyer, de "faire propre", créez des jardins sauvages , des sanctuaires de biodiversité , des " Hortus " , il en va de la survie des insectes. 

En lien avec l'article sur la flore , voici l'article sur les bestioles qui profitent de la flore sauvage de mon jardin, et comme j'ai pas mal de photos à proposer , je le scinde en 2 parties . 

Les abeilles , le pollen , le nectar.

Nous le savons tous , les insectes sont indissociables de la pollinisation , et la pollinisation permet aux plantes de fructifier et donc de perdurer .

Pour rappel je vous poste cette vidéo :le pollen présent sur les étamines doit rencontrer le pistil d'une fleur de son espèce , et bien souvent , ce doit être sur un individu différent , les insectes jouent à ce stade un rôle important . 

 

Voici donc ce que j'ai pu observer cette semaine dans mon jardin :

b2ap3_thumbnail_pollen--partout.JPG 

sur cette fleur de chardon une abeille  couverte de pollen , 

b2ap3_thumbnail_pollen.JPG

elles peuvent en avoir sur les pattes , mais aussi sur le dos , sur la tête .

b2ap3_thumbnail_pollen-dor.JPG

Il n'y a pas que les abeilles qui se couvrent de pollen , ici ,c'est une femelle oedomère noble . 

Il s'agit d'un effet de l'électricité statique :les frottements (des ailes et de l'air durant le vol , ou entre insectes dans les colonies)chargent l'insecte positivement , les fleurs quant à elles ont une charge légèrement négative . Une force attractive est donc créée, plus l'insecte est actif , plus son attraction est importante . 

Pour les courageux , j'ai trouvé un article en version pdf fort intéressant : "Des parfums, des couleurs...et des champs électriques"  de Joseph Hémmerlé.

Pour attirer les pollinisateurs les fleurs leur proposent du nectar :un suc composé principalement de glucose et de fructose . Les nectarivores s'en nourrissent et parfois , le conservent dans leur jabot pour le ramener à la colonie  . C'est ainsi qu'apis mellifera le ramène à la ruche , le partage par trophallaxie , et que le miel sera fabriqué . 

b2ap3_thumbnail_ab-et-cent.JPG

voici une gourmande sur une centaurée ,

b2ap3_thumbnail_abeille-sur-picris_20190727-091807_1.JPG

sur une picride ,

b2ap3_thumbnail_millpertuis.JPG

sur le millepertuis .

Ici on peut observer une pelote  de pollen sur les pattes de cette apis mellifera : elle dispose de petits sacs qu'elle remplit en brossant le pollen collé sur son abdomen et l'agglomérant en l'humectant de salive. Ces pelotes ramenées à la ruche entreront dans la composition de la nourriture des larves . 

b2ap3_thumbnail_cardre_20190727-093258_1.JPG

On voit les pelotes de ces abeilles sur la cardère . b2ap3_thumbnail_bourdon_20190727-093439_1.JPG 

Mais il n'y a pas que la mouche à miel qui butine et pollinise , sur cette même cardère voici un bourdon .En volant de fleur en fleur , il disséminera les grains de pollen collés à ses poils . 

b2ap3_thumbnail_andrne.JPG

Toutes les abeilles ne vivent pas en colonie et ne font pas de miel :ici , nous voyons la petite andrène de la bryone dont la femelle ne butine que les fleurs de bryone . On dit qu'elle lui est inféodée , le mâle quant à lui est plus "volage" . 

En France , il existe pas loin de 1000 espèces d'abeilles sauvages et nombre d'entre elles sont solitaires , mais toutes participent à la survie des plantes via la pollinisation . 

Elles nichent dans le sol , dans le bois , dans les tiges creuses  , elles y créent des alvéoles qu'elles remplissent de boulettes de pollen et de nectar qui nourrira leur larve l'année suivante

b2ap3_thumbnail_et-anthidium.JPG

L'anthidie quant à elle est une  une petite abeille solitaire  cotonnière :elle tapisse son nid des poils de végétaux laineux comme la molène . Chez moi , elle apprécie la ballote et je l'entends depuis mon bureau tant elle vrombit quand elle arrive . 

b2ap3_thumbnail_abeille-et-gupe-coucou.JPG

Voici une abeille en compagnie d'un autre hyménoptère :la guêpe coucou (chrysididae),celle-ci parasite le nid des abeilles solitaires pour pondre , d'où son nom . 

b2ap3_thumbnail_demi-deuil-et-abeille.JPG

Enfin , un joli duo de gourmands :une abeille et un papillon demi-deuil . 

Dans la seconde partie , je vous présenterai les autres petits hôtes de mon jardin . 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Modifié le
Notez cet article:

Biographie


 


Je suis née dans une ferme de Seine et Oise en 1962 j’ai vécu mes premières années dans les champs et les jardins de mes grands- parents.


L’amour de la nature est dans mon ADN.


Plus tard je suis devenue jardinière, en autodidacte j’ai désappris les techniques « agressives « (traitements, recours aux intrants, nettoyages…) et j’ai appris à tenir compte des synergies en œuvre spontanément.


J’ai cru pouvoir partager mes connaissances via une entreprise de conseil que j’ai appelée Ortie-Rose ainsi que d’un blog du même nom.


Ce fut un flop au niveau de la rentabilité financière par contre, comprendre mes erreurs et surtout mes inaptitudes m’a permis de réaliser que j’étais autiste .


C’est aussi mon dans mon ADN.


Alors aujourd’hui, je donne une nouvelle impulsion à Ortie-Rose, en tenant compte de cette particularité.

Voici les derniers articles de cet utilisateur:
  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité
Invité mardi, 11 août 2020