• Accueil
  • Blog
  • Contact
  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

La renouée du japon : invasive , mais pas que !

Posté par le dans Archives
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2143
La renouée du japon : invasive , mais pas que !

La renouée du japon : 

 elle est belle , tellement belle que j' en avais même acheté à Courson , il y a une quinzaine d'années . 

 Tellement belle , qu'elle a été introduite en Europe au milieu du XIXième siècle . 

 Elle pousse facilement , elle est mellifère , fourragère  , d'ailleurs les cavaliers anglais en avaient ramené d'Inde  durant la première guerre mondiale  ils s'en servaient de fourrage pour leurs chevaux . 

 Elle est comestible , les jeunes pousses se cuisinent comme les asperges . 

 Alors ! 

 Alors c'est panique à bord car elle semble indestructible . et plus on la broie , plus elle s'épand . 

 

b2ap3_thumbnail_le-chemin-de-lcole--fin-mai-034.JPG

 

Elle est très présente au bord des cours d'eau . On n'aime pas trop ça , car comme elle remplace très vite toute la diversité végétale  des rives , durant l'hiver lorsqu'elle disparaît , plus rien ne retient la terre . 

On remarque une diminution de presque 40 % de la population d'invertébrés là où elle prolifère .  Ils ne trouvent plus la diversité alimentaire dont ils dépendent . 

 

b2ap3_thumbnail_le-20-fvrier-inspection-de-la-proximit-immdiate-027.JPG

On la trouve aussi le long des voies ferrées , dans les remblais , les anciennes décharges ...

... 

b2ap3_thumbnail_caterpico.jpg

 

 

 

 

Quelque chose te chagrine ?

 Dis nous tout !

 

 

 

Oui!

 En fait , la renouée vit sur les pentes des volcans , elle aime les métaux  Indécis ;sur les bords de voies ferrées , elle profite de l'abrasion des rails par exemple ... 

On peut dire que la renouée est une bio indicatrice de métaux ! 

 Alors tu vois Cater , si elle se plait autant chez nous , c'est que c'est bien pollué  . 

 Et nos rivières lui offrent les métaux qu'elle affectionne . 

Toujours pareil , c'est après le messager qu'on s'emporte , alors que c'est le message qui devrait nous interpeller . 

 

 b2ap3_thumbnail_sur-le-chemin-de-lcole---Pques-021.JPG

 On dit qu'elle n'a pas de "prédateurs " et les anglais essaient de trouver des insectes originaires du japon , qui pourraient s'acclimater  chez nous ... ceci dit , j'ai photographié ça à Pâques . 

J'ai lu aussi une étude qui tend à dire qu'il n'est pas toujours opportun de s'affoler , la nature finit par se débrouiller , en une centaine d'années , les plantes dites invasives , se fondent dans la biomasse . Nos bestioles finissent par les goûter , et les intégrer à leur menu . 

 Et puis , si c'est une plante fourragère , pourquoi ne pas laisser les ruminants la brouter , tout simplement . 

b2ap3_thumbnail_le-chemin-de-lcole--fin-mai-036.JPG

A ce sujet une expérience a été menée là d'où je viens , à Morigny-Champigny , on appelle ça de l'éco pastoralisme . Deux chèvres des fossés ont été utilisées pour manger la renouée !Sourire 

 C'est peut être plus simple que d'aller chercher des insectes à l'autre bout de la planète .  

Les photos de cet article ont été prises à 50 mètres de chez moi , au bord de la rivière qui longe mon jardin , autant dire qu'elle vient d'apparaître  chez moi aussi  ... Je vais tenter d'installer d'autres plantes avant qu'elle ne s'installe trop , je n'ai pas de chèvres sous la main .   ( à suivre) 

Modifié le
Notez cet article:

Biographie


 


Je suis née dans une ferme de Seine et Oise en 1962 j’ai vécu mes premières années dans les champs et les jardins de mes grands- parents.


L’amour de la nature est dans mon ADN.


Plus tard je suis devenue jardinière, en autodidacte j’ai désappris les techniques « agressives « (traitements, recours aux intrants, nettoyages…) et j’ai appris à tenir compte des synergies en œuvre spontanément.


J’ai cru pouvoir partager mes connaissances via une entreprise de conseil que j’ai appelée Ortie-Rose ainsi que d’un blog du même nom.


Ce fut un flop au niveau de la rentabilité financière par contre, comprendre mes erreurs et surtout mes inaptitudes m’a permis de réaliser que j’étais autiste .


C’est aussi mon dans mon ADN.


Alors aujourd’hui, je donne une nouvelle impulsion à Ortie-Rose, en tenant compte de cette particularité.

Voici les derniers articles de cet utilisateur:
  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité
Invité lundi, 06 avril 2020