• Accueil
  • Blog
  • Contact
  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

Les jardins communaux

Posté par le dans Avant
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1255
Les jardins communaux

Il y a 100 ans , mon arrière grand-père Frédéric laissait derrière lui en Belgique , les ruines calcinées de sa ferme , et venait en France  avec sa fille Marie , et ses 5 fils , Camille,Adolphe,Homer,Jules et Charles . 

Tâcherons dans un premier temps , ils ont biné les champs de betteraves ,fauché les blés fané et bottelé les foins dans  les vastes étendues de la Beauce et du Hurepoix  , c'était au temps où l'agriculture avait besoin de bras , et les flamands ne rechignaient pas à la tâche . 

b2ap3_thumbnail_ils-bossent.JPG

Un temps ouvriers agricole dans une grande ferme à Orsay, en Seine et Oise (75 ), ils sont arrivés à Forges dans les années 30  .

 

Forgia , en Celte signifiait probablement foyer,demeure signe que ce village existait déjà à l'époque Gallo-romaine . 

En 1677, Mathurin Le Jariel, l'une des plus grosses fortunes de France , secrétaire du Roy , conservateur de toutes les rentes et des hypothèques de ce dernier , propriétaire entre autre  des greniers à sel de Luzy et Château Chinon ,va se rendre acquéreur de la seigneurie de Forges , afin de se rapprocher de Versailles et de Louis XIV.

Aujourd'hui encore , les propriétaires du château sont des descendants Le Jariel .

En 1822 un médecin s'intéresse aux  sources du village , en 1862 l'académie impériale de médecine autorise l'exploitation des eaux de Forges qui deviendra Forges les Bains . 

Durant presque un siècle , Forges fut un village de cures thermales , avec les établissements  de santé s'y rattachant , de nombreux baigneurs venaient de Paris par le train , les rues y étaient animées et les commerces prospères . 

b2ap3_thumbnail_eaux.jpg

Tout ceci prit fin à la seconde guerre mondiale , le faible débit des sources ne permettait pas à la société les exploitant de lutter contre Vittel ou Evian .

N'empêche que la proximité de Paris et la notoriété du village l'ont rendu attractif et de nombreux bourgeois y établirent leur résidence secondaire . 

C'est ainsi que Monsieur Régnard acquit en 1933 une propriété et ses dépendances dont la ferme du Vaux et mon grand-oncle Camille en devint le régisseur. Sa famille y fut employée : mon grand -père  ma grand -mère ,mon père y naquit en 1935 .

b2ap3_thumbnail_enfance-forges-00_20170710-063404_1.jpg

La vocation agricole du village est très affirmée , on y pratique la polyculture , l'élevage , il y a même des châtaigneraies .

Voici le village dans lequel je suis née en 1962:

b2ap3_thumbnail_forges-avant.jpg

 

 Le ministre de l'agriculture en 1964,

"voit déjà dans le Parisien de l'an 2000,auquel la semaine de quatre jours de travail donnera la possibilité d'échapper à l'enfer d'une métropole qui comptera,peut-être dix-sept ou dix-huit millions d'habitants , un nomade d'un type nouveau , cherchant un délassement à la campagne ".

( extrait du livre de Marcelle Petit :"L'avenir de Forges-les-bains")

b2ap3_thumbnail_extrait.jpg

Mon père,Frédéric, a acheté sa ferme natale en 1970 . Il y mènera sa carrière d'agriculteur , il est encore actif aujourd'hui , donnant de précieux coups de mains à ma soeur , qui tient une pension pour chevaux créée en périphérie du village .

La ferme , quant à elle vit ses derniers jours .

Voici en quelques vues , l'évolution de "mon" pré :

b2ap3_thumbnail_avant.jpg

Au fond , la ferme , et juste devant le pré où je gardais les vaches . Au premier plan , ce sont les prairies de " la pettie garenne"  des champs  réaffectés  car la région est prisée des cavaliers citadins . 

b2ap3_thumbnail_aprs_20170710-083613_1.JPG

Quelques mois plus tard.

b2ap3_thumbnail_Forges-les-bains.JPG

L'entrée du village .

b2ap3_thumbnail_Le-pr-au-chevaux-une-rue.JPG

 

Le pré devenu rue !

La ferme existe encore , côté cour:

b2ap3_thumbnail_la-ferme-2017.JPG

Côté champs , une enfilade de 3 bassins de retenues laissent voir les hangars qui un jour prochain , seront abattus . 

b2ap3_thumbnail_bassin-de-retenue.JPG

3 bassins pour protéger le lotissement , nous sommes sur les sources , souvenez vous . 

Alors un siècle après mon aïeul, je me suis déracinée , jusqu'à Fouronnes , où j'ai pu acheter une ancienne ferme . 

J'ai raconté l'histoire de ma famille  dans la continuité de celle de mon village , cela me semble une belle illustration de l'évolution de nos modes de vie , de la façon dont ce qui peut sembler important en un instant T , devient désuet  des lustres plus tard .

Durant 50 ans , j'ai souffert de voir l'univers auquel j'étais attachée , se métamorphoser , ma campagne natale est aujourd'hui , la grande banlieue , celle des nantis .

Les lotissements qui se construisent ont pour vocation d'accueillir ceux qui vont déferler vers le pôle universitaire et technologique de Paris Saclay  

b2ap3_thumbnail_paris-Saclay.PNG

à cela se rajoute la construction du Grand Paris

b2ap3_thumbnail_le-grand-Paris.PNG

cet incroyable chantier va complètement métamorphoser la région parisienne , les heures d'embouteillage seront pour certains un mauvais souvenir d'antan . 

Le "nomade d'un type nouveau" , "le parisien de l'an 2000" que mentionnait le ministre de l'agriculture de 1964 , est en passe de devenir une réalité . 

Peut être que les raisons invoquées , telles la semaine de quatre jours , ne sont pas encore exactes , mais fuir l'enfer de la métropole , la pollution , le stress vont amener les "ile- de -franciens " à avoir besoin de s'échapper . 

La Forterre , cette région qui me passionne , n'est pas si loin Complice

Même si je suis bien aise que sa désaffection

m'ait permis d'acheter , je pense que nous avons beaucoup à offrir , en jouant la carte d'un tourisme vert , sain , écologique ... 

J'ai créé Ortie Rose pour conseiller , mais je ne suis pas bonne commerciale ...et pour le moment , l'entreprise est au point mort . 

Pourtant l'idée est bonne et surtout en adéquation avec l'évolution actuelle de notre société . 

On m'a fait remarquer il y a peu , qu'aussi valable que soit cette idée , je n'obtiendrai rien dans la région , car j'y suis une étrangère , Parisienne de surcroît . 

Soit!

C'est pourquoi , je suis à la recherche d'aides  , d'associés , de co-créateurs .... LOCAUX .

L'idée:proposer de créer et d'animer dans chaque  village, un jardin communal , à l'instar des magnifiques lavoirs  érigés dans la région au XIX ième siècle .

Ils seraient lieux de vie , ouverts à tous , et surtout , lieux de reconnexion avec la nature et  ses bienfaits . 

Pourquoi pas aux abords de ces fameux lavoirs , pour bénéficier de la proximité de l'eau .

Exemple :Fouronnes 

b2ap3_thumbnail_le-lavoir-de-Fouronnes-ct-triste.JPG

 

le lavoir, géré au désherbant 

b2ap3_thumbnail_herbes-traites.JPG

comme on peut le voir grace à mes amies les orties . 

Juste au dessus 

b2ap3_thumbnail_juste-au-dessus.JPG

il suffit de monter les marches ,

b2ap3_thumbnail_chemin-du-colombier.JPG

le chemin du colombier Surpris

b2ap3_thumbnail_on-peut-imaginer.JPG

on peut imaginer la même chose autour du lavoir :ce sont des vivaces , des semis spontanés , des plantes sauvages . 

On peut imaginer des échanges de graines , 

on peut imaginer y promener les écoliers ,leur réapprendre les simples et reconnaître leurs bienfaits .

on peut imaginer , sans ruiner nos édiles , faire revenir un peu de vie au coeur des villages .

Je ne suis pas d'ici , c'est peut-être pourquoi je peux m'émerveiller d'autant de diversité . 

Parfois , prendre une direction différente , ça tient à presque rien , à une idée , une volonté . 

Faire d'une région qui se meurt , une oasis souriante  ça me semble un challenge engageant Complice!

 

Je n'ai pas de leçon à donner , mais j'aime la nature , je connais la synergie qui est sa force , j'ai à coeur de permettre qu'elle puisse être à l'oeuvre , pour le bien de tous , humains y compris . 

Un médecin curieux , à Forges , a insufflé au village une énergie nouvelle grace à de l'eau . 

Pourquoi une jardinière n'en ferait -elle pas de même grace à la végétation locale ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Modifié le
Notez cet article:

Biographie


 


Je suis née dans une ferme de Seine et Oise en 1962 j’ai vécu mes premières années dans les champs et les jardins de mes grands- parents.


L’amour de la nature est dans mon ADN.


Plus tard je suis devenue jardinière, en autodidacte j’ai désappris les techniques « agressives « (traitements, recours aux intrants, nettoyages…) et j’ai appris à tenir compte des synergies en œuvre spontanément.


J’ai cru pouvoir partager mes connaissances via une entreprise de conseil que j’ai appelée Ortie-Rose ainsi que d’un blog du même nom.


Ce fut un flop au niveau de la rentabilité financière par contre, comprendre mes erreurs et surtout mes inaptitudes m’a permis de réaliser que j’étais autiste .


C’est aussi mon dans mon ADN.


Alors aujourd’hui, je donne une nouvelle impulsion à Ortie-Rose, en tenant compte de cette particularité.

Voici les derniers articles de cet utilisateur:
  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité
Invité dimanche, 31 mai 2020